Les Quais du Polar 2018, mon expérience de bénévole

Les Quais du Polar 2018, mon expérience de bénévole

Derrière l’organisation des Quais du Polar se cachent de nombreux bénévoles qui permettent au festival de subsister. Deux ans de suite, j’ai eu l’occasion d’être une bénévole moi-même, et je ne peux dire qu’une chose, j’ai adoré l’expérience.

Créé en 2005 à Lyon, le festival des Quais du Polar est devenu le rendez-vous de tous les amateurs de romans noirs. Éditeurs, libraires, auteurs, lecteurs et simples curieux s’y retrouvent chaque année pour des séances de dédicaces, des conférences animées par des professionnels du livre, des ventes de romans et de jeux de société, de nombreuses activités comme des « escape games », et également une grande enquête organisée dans toute la ville, ouverte à tous.

Membre du Gang

Cette année 2018, j’ai été appelée pour travailler le vendredi sur la grande enquête, où je devais indiquer leur chemin aux visiteurs sur les quais du Rhône, sous le pont de la Guillotière, de midi à seize heures, avec un étudiant de Lettres Modernes et une femme récemment retraitée. J’ai eu la surprise de découvrir qu’une énorme barque du XVIIIe siècle, une Couzonnaire, retrouvée dans la Saône en 2000, était exposée dans une salle près du parking souterrain et qu’elle faisait office d’indice dans l’enquête – il fallait trouver son nom, Penelle. Durant mon service, les seuls visiteurs auxquels j’ai eu affaire étaient des scolaires de l’école primaire au lycée, élèves et professeurs. S’il y a une chose que j’ai retenue, c’est que les adolescents sont beaucoup moins enthousiastes et sympathiques que les enfants de bas âges, et j’ai plusieurs fois parlé dans le vide en m’adressant à eux.

J’ai également dû travailler le samedi, dans l’Hôtel de Ville cette fois-ci, au bar, de quatorze heures à dix-neuf heures. Mon travail se résumait à prendre les commandes des clients et à leur servir boissons chaudes et froides, gâteaux et snacks salés. J’y avais déjà été assignée l’année passée, je connaissais donc le gérant, et j’étais accompagnée par une future camarade de Master. Cette journée fut tellement agréable que nous sommes restés jusqu’à plus de vingt heures.

Des rencontres inédites

Il faut savoir que dans le hall de l’Hôtel de Ville, face au bar installé là pour l’occasion, sont disposés de nombreux stands de libraires et de particuliers qui vendent des livres, neufs ou non. On y retrouve également quelques auteurs peu connus, et souvent locaux, du monde du polar venus en dédicaces – les autres séances de signatures ont lieu au Palais de la Bourse et réunissent des écrivains très célèbres comme Harlan Coben.

À l’Hôtel de Ville, les auteurs et les libraires présents ont le droit de consommer gratuitement au bar, j’ai donc eu l’occasion de discuter avec certains d’entre eux, en particulier une employée de la librairie de livres d’occasion Le Père Pénard, et un auteur auto-édité travaillant en collaboration avec cette librairie, Walid Nazim. Forcément, j’ai été très intéressée de découvrir le parcours de cet écrivain et lui et son amie libraire ont fini par m’inviter à une soirée de lancement d’une bande-dessinée en réalité virtuelle au Père Pénard, la semaine suivante. Ce fut très enrichissant d’échanger avec eux sur le domaine de l’auto-édition, qui est bien souvent dénigré ou ignoré, d’obtenir quelques techniques également. De plus, le livre de Walid Nazim a suscité mon intérêt, il s’agit d’une enquête historique non-romancée sur des tunnels souterrains presque inconnus à Lyon, surnommés les « arêtes de poisson » à cause de leur forme étrange. Mais j’en reparlerai plus tard dans un autre article.

Une expérience à tenter

Je peux donc dire que mon bénévolat aux Quais du Polar cette année aura été très enrichissant, plus encore que celui de l’an dernier. Pour mon projet personnel, j’ai obtenu des contacts et des conseils très utiles, et j’ai pu voir de près les coulisses d’un événement littéraire vraiment important. Même si je ne pense pas travailler dans ce domaine particulièrement, je suis heureuse d’avoir pu m’en approcher pour savoir de quoi il s’agit exactement. Je recommande cette expérience à tout le monde, le festival ne dure que quatre jours, et les bénévoles choisissent le nombre d’heures qu’ils souhaitent faire. Je pense que si j’en ai l’occasion, je me réinscrirai l’année prochaine pour une troisième édition, au bar il va sans dire !

Le site des Quais du Polar, édition 2018 :

< Articles



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *