Isekai : conseils pour se lancer dans ce genre

Isekai : conseils pour se lancer dans ce genre

L’isekai, ça vous dit quelque chose ? Les amateurs de mangas et de fantasy ont peut-être déjà entendu parler de ce genre qui met en scène un personnage venu d’un autre monde. Comme dans Alice au Pays des Merveilles. Si l’on peut dénicher des pépites dans ce registre littéraire, on peut également y trouver beaucoup de clichés. En tant qu’écrivain, découvrez comment éviter cela et inventer une bonne histoire isekai.

Isekai autre monde

Petit tour d’horizon de l’isekai

Le terme « isekai » vient du japonais et signifie « autre monde ». Ce genre est très présent dans les mangas, mais également dans la littérature jeunesse et young adult et dans le cinéma.

La plupart du temps, dans une œuvre isekai, nous suivons les aventures d’un personnage qui se retrouve transporté dans un autre monde. Les raisons à cela peuvent être diverses : mort et réincarnation, invocation depuis le monde inconnu, voyage pour une cause importante, malédiction en touchant un objet magique, sortilège, etc.

Il arrive souvent que le personnage principal perde la mémoire en débarquant dans son nouveau monde et doive repartir de zéro. Notamment dans les mangas, il était dans son ancienne vie quelqu’un de discret, solitaire et peu séduisant. Ce qui, généralement, change à son arrivée.

Parfois aussi, il obtient des pouvoirs magiques, ou bien il s’apprête à jouer un rôle important, comme celui de renverser un tyran ou de sauver le monde.

Bref, des caractéristiques assez précises qui peuvent vite donner lieu à une œuvre stéréotypée. Et, si le cliché n’a pas que des mauvais côtés, mieux vaut le doser avec parcimonie.

Gare à la Mary Sue

Une Mary Sue, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit, dans un récit, d’un protagoniste trop parfait. La Mary Sue est très belle, très puissante, tout le monde tombe amoureux d’elle… En résumé, elle a toutes les qualités possibles et imaginables, au point que ce n’est pas du tout réaliste. Son équivalent masculin, plus rare, est un Gary Stu.

On trouve notamment ce type de personnage dans les fanfictions, où le héros ou l’héroïne est clairement un miroir de l’auteur qui veut se mettre en scène, être admiré et surpuissant. Lorsque l’on écrit pour soi-même, ce n’est pas un problème, au contraire, cela permet de réaliser tous ses rêves. Mais quand on écrit pour être lu, c’est plus délicat.

Les lecteurs ne s’attacheront pas à une Mary Sue ou à un Gary Stu, car ils ne se reconnaîtront pas en eux. Un personnage crédible doit avoir des défauts, des faiblesses, des imperfections qui le rendront réaliste. Et surtout, qui rendront l’histoire intéressante à lire. Et attention, je ne parle pas ici de faux défauts du genre « perfectionniste » ou « attachiante » hein !

Avec l’isekai, il est très fréquent de retrouver des Mary Sue en puissance. Le fait que le protagoniste arrive dans un nouveau monde est déjà quelque chose qui peut susciter l’admiration de la part des personnages. Est-il forcément nécessaire de lui offrir toutes les qualités qui existent en plus ? Ne vaudrait-il pas mieux jouer sur ses imperfections qui pourraient justement compliquer son intégration ?

Un univers trop parfait

Bien souvent, le personnage principal d’une œuvre isekai est frustré de sa vie et du monde dans lequel il vit (le nôtre). Il est moqué, mis de côté, rejeté, harcelé… Son existence n’a rien de glorieux, et c’est ce qui donne lieu à des Mary Sue et des Gary Stu.

Mais, au-delà de ça, les auteurs de ce genre peuvent également créer un nouveau monde trop parfait pour l’accueillir. Un monde sans maladie, sans méchanceté, sans danger… Un monde irréaliste, et surtout, assez inintéressant pour un lecteur.

Pour qu’une histoire soit intrigante et alléchante, il faut que les personnages soient face à des obstacles, vivent des frustrations, aient des ennemis… Un cadre sans tout cela risque de très rapidement être restrictif pour développer une intrigue.

Imaginez par exemple que le Pays des Merveilles soit un endroit réellement merveilleux, sans la Reine rouge, ni les cartes soldats, ni aucun antagoniste. Alice y arrive sans rencontrer le moindre obstacle, on lui souhaite la bienvenue, on lui offre du thé, des gâteaux, elle est contente. Bien, mais quel est l’intérêt de l’histoire ? Comment peut-elle évoluer si tout est déjà parfait et ne peut pas empirer ? Qu’a-t-on à découvrir, nous lecteurs, à part les différentes sortes de scones de la table du Chapelier toqué et du Lièvre de Mars ?

Il est donc important de bien travailler son univers et son intrigue pour qu’ils soient crédibles. Et ce n’est pas parce qu’un univers n’est pas parfait que l’on n’a pas envie d’y aller ! Nombreux sont les lecteurs à rêver de se rendre dans l’univers de Marvel, de Harry Potter ou du Seigneur des Anneaux, alors qu’ils ont leur lot de dangers et de problèmes.

L’isekai est-il vraiment nécessaire ?

Cette question peut prêter à sourire : je vous donne des conseils pour écrire une histoire isekai et je vous demande si c’est réellement utile. Pourtant, il est important de se la poser.

Est-il essentiel que votre personnage passe d’un monde à l’autre pour vivre son aventure ? Ne peut-il la vivre dans notre monde ? Ou ne peut-il la vivre en étant déjà dans le monde « magique », ce qui serait plutôt de l’heroic fantasy ?

Il arrive que l’isekai ne soit qu’un prétexte pour l’auteur pour donner facilement un nouveau départ à son personnage et le rendre surpuissant sans justifications particulières. Vous vous en doutez, cela peut poser problème aux yeux du lecteur, qui peut trouver l’intrigue un peu simpliste et tirée par les cheveux.

Si vous choisissez de faire passer votre personnage dans un autre monde, dont les codes seront forcément différents de ceux du nôtre, il vous faudra le développer, mettre en scène ces différences et les quiproquos qui peuvent en découler.

Même chose avec les pouvoirs : est-ce vraiment obligatoire que votre personnage en obtienne à son passage dans le nouveau monde ? Cela ne risque-t-il pas de nuire à la cohérence de l’histoire ? Pouvez-vous expliquer leur origine ?

Il n’est pas nécessaire de tout justifier, surtout en fantasy. Mais si vous ne justifiez rien, autant le passage d’un monde à l’autre que la surpuissance du héros ou de l’héroïne, votre lecteur peut très vite avoir l’impression que vous avez bâclé votre histoire. Dommage, non ?

Alice au Pays des Merveilles

Choc entre urbain et Moyen Âge

Dans l’isekai, il est fréquent que le personnage se retrouve dans un monde médiéval, un peu à l’image de Narnia ou de la Terre du Milieu. Cela renforce le décalage qu’il peut ressentir à son arrivée.

Cependant, si vous faites ce choix en tant qu’auteur, il est important de penser aux différences qui peuvent poser problème. Et de définir vos règles, car il peut tout à fait s’agir d’un mélange entre Moyen Âge et modernité. Par exemple, y a-t-il l’eau courante dans votre univers médiéval ? Y a-t-il des toilettes ? L’électricité existe-t-elle ? Et la médecine ?

Bien sûr, je ne vous dis pas d’anticiper chaque micro-aspect de votre univers. Si votre personnage ne va jamais dans une salle de bain de toute l’histoire, à quoi bon s’interroger sur l’eau courante ? Mais, si la situation se présente, il faudra que votre héros ait la réaction adaptée : étonné de voir un robinet dans un château en pierre ou blasé de devoir se laver les mains dans un seau d’eau croupie.

Ces choses-là, que ce soit en isekai ou dans la fantasy en général, peuvent créer tout un tas d’intrigues secondaires très intéressantes !

Un isekai inversé

Dans l’isekai, presque à chaque fois, le héros est une personne de notre monde qui atterrit dans un autre univers. Et si vous bouleversiez ces codes ? Il est tout à fait possible de faire arriver dans notre monde, à notre époque, un personnage d’un univers parallèle. Imaginez si un elfe, un hobbit, un dragon ou que sais-je débarquait sur notre bonne vieille Terre ! Quelles seraient les réactions ?

Grâce à cela, vous pouvez porter un regard neuf sur des choses qui nous paraissent évidentes dans la vie de tous les jours. Vous pouvez soulever des problématiques intéressantes quant aux sociétés humaines. Tout un éventail de possibilités s’offre à vous !

Une fois encore, il vous faudra veiller à bien noter les différences entre les deux univers pour les confronter et accompagner vos intrigues.

Quelques œuvres d’isekai

Terminons ce petit guide de conseils d’écriture d’isekai par quelques œuvres de ce genre littéraire. Car parfois, rien ne vaut un exemple concret pour savoir de quoi l’on parle !

  • Moi, quand je me réincarne en Slime de Fuse
  • Le Magicien d’Oz de Lyman Frank Baum
  • Peter Pan, ou le garçon qui ne voulait pas grandir de J. M. Barrie
  • Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll
  • Allunia de Tiphs
  • Balthazar Fox de Pascal Brissy
  • Inu-Yasha de Rumiko Takahashi
  • Drifters de Kōta Hirano
  • Re:Zero − Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro de Tappei Nagatsuki
  • Désaccordée de Joanne Richoux
  • Les Contes inachevés d’Aya Ling
  • Chroniques du marais qui pue de Paul Stewart et Chris Riddell
  • Quand gronde le tonnerre de Mélany Bigot 😏

< Articles



2 thoughts on “Isekai : conseils pour se lancer dans ce genre”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.