Comment réagir face à une critique négative ?

Comment réagir face à une critique négative ?

Vous avez terminé votre roman, vous en êtes fier et vous décidez de le partager autour de vous. Que vous l’envoyiez à vos proches, que vous l’auto-éditiez ou le publiez sur internet, l’effet reste le même : vous aurez des retours. Et qui dit retours, dit critiques négatives. Comment y faire face sans se démonter ? Laissez-moi vous confier mes petits secrets pour affronter les rageux.

Déprime critique

Mon expérience de la critique

Une critique négative peut blesser. Vraiment beaucoup. J’avais envie de commencer cet article par un petit storytelling, avec quelque chose qui m’est arrivé, il y a quelques temps.

Pour ceux qui ne me connaissent pas, j’ai écrit et auto-édité une saga, Abby McAlban. J’ai écrit le premier tome en 2010, quand j’avais seize ans. Autant dire qu’il contient de nombreuses imperfections et une intrigue quelque peu naïve. Je suis actuellement en train de réécrire ce roman, pour pallier ce problème et l’adapter à mon style actuel. Cependant, de nombreuses personnes ont pu lire la première version.

Même si ce tome est imparfait, il est mon bébé, mon premier roman terminé et j’ai du mal à supporter qu’on l’attaque gratuitement. Bref, plusieurs de mes amis (entre énormes guillemets pour certains) ont eu l’occasion de le lire. On m’a fait plusieurs critiques constructives, ce qui m’a permis d’avancer.

Jusqu’au jour où quelqu’un m’annonça de but en blanc que mon histoire était très mauvaise, tant sur le fond que la forme. Un véritable choc, surtout venant de cette personne. C’en est suivi une période de blocage total, où je n’arrivais plus à écrire le moindre mot. Grâce au soutien de mon entourage, j’ai heureusement pu me remettre en selle, mais je pense avoir gardé des séquelles de cette expérience.

Une critique pour avancer

Les retours sur vos écrits peuvent être de diverses natures.

Certaines critiques négatives n’ont pas un fond malveillant. Elles sont là pour pointer un problème dans l’intrigue et aider à le rectifier. Leur but est d’améliorer le livre, et non de rabaisser son auteur. Ces critiques sont constructives, et si elles ne sont pas présentées avec agressivité, elles n’ont aucune raison de vous blesser.

N’oubliez pas que votre livre n’est pas et ne sera jamais parfait. La perfection, ça n’existe pas. Alors, ne faites pas lire votre roman en espérant ne recevoir que des éloges dessus. Il faut rester ouvert à la critique, car toute remarque est bonne à prendre. Il m’est arrivé de corriger des romans sur lesquels on me demanda mon avis. Parfois, certains auteurs se sont vexés que je souligne quelques erreurs – sans parler de l’orthographe bien sûr. Si vous n’êtes pas prêt à recevoir une remarque sur vos écrits, alors ne faites pas lire vos livres, tout simplement.

Des lecteurs feront même parfois des suggestions de modifications par rapport à leurs goûts personnels. À vous de les prendre ou non, mais il peut être intéressant de savoir ce que pense votre lectorat.

Repérer les lecteurs malveillants

Je pense être chanceuse, je n’ai eu affaire qu’à trois lecteurs de ce type-là depuis le début de ma « carrière ». D’autres croiseront sûrement ma route, mais je suis mieux préparée à les affronter désormais.

Ce genre de personnes va démolir un livre à de pures fins blessantes. Jalousie, aigreur, ennui, méchanceté… Les motifs sont nombreux. En général, ces lecteurs n’apporteront rien de constructif à votre histoire. Mieux vaut ne pas les écouter et les évincer de votre vie. Leurs critiques se caractérisent par des jugements de valeurs : « C’est nul », « C’est mauvais », « Tu n’as aucun talent », et j’en passe. Mais qui sont-ils pour juger de la qualité de votre livre ? Voltaire lui-même ? Surtout que souvent, ces « trolls » ont eux-mêmes le verbe particulièrement bas.

Il est très important de ne pas tenir compte de l’avis de ces personnes, qui savent frapper là où ça fait mal. Ne vous laissez pas bloquer dans votre écriture par des commentaires sans fondement, ni valeur. Un conseil tiré de mon expérience : parlez-en tout de suite à vos proches, aux personnes de confiance de votre entourage. Quelqu’un d’extérieur, qui n’est pas touché personnellement par la critique, aura certainement plus de recul que vous.

Critique négative

Affronter l’ennemi

Essuyer des critiques négatives et méchantes, ça fait mal, mais c’est une étape obligatoire dans la carrière d’un écrivain. Elles servent à se blinder, à affirmer son caractère et à faire le tri dans son entourage.

Cependant, pour éviter d’en recevoir toute une flopée, essayez de cibler les personnes à qui vous faites lire votre précieux manuscrit. Ne l’envoyez pas à tous vos contacts Facebook sans réfléchir. Choisissez scrupuleusement des personnes dignes de confiance, qui vous connaissent et qui sauront mettre les formes si elles ont des remarques négatives à faire. Vous pouvez également faire appel à des béta-lecteurs qui ne vous connaissent pas et vous feront un retour en toute objectivité. Même si elle n’est pas toujours décelable, la malveillance peut se pressentir chez certains, alors prudence.

Si malgré tout vous recevez un charmant commentaire du type : « Tu écris comme une bouse », il vous reste la solution du dialogue. Ou du moins, de dire ce que vous, vous ressentez. Vous êtes parfaitement en droit de vous défendre, de dire que vous n’êtes pas d’accord avec la personne. Celle-ci peut ne pas avoir aimé votre histoire, elle peut dire : « Ton histoire ne m’a pas plu ». Mais elle n’est certainement pas en position de dire, comme si elle avait la science infuse, que l’histoire en question est mauvaise.

Affirmez-vous, rebellez-vous et osez dire à ce malotru que vous n’acceptez pas ses remarques désobligeantes. Sans oublier que, dans le pire des cas, vous pouvez toujours bloquer ledit malotru de vos réseaux et couper les ponts avec lui. C’est d’ailleurs la meilleure chose à faire selon moi. Cela évitera à cette personne de remuer le couteau dans la plaie en vous faisant perdre le peu de confiance en vous qu’il vous reste.

Et surtout, surtout, apprenez à écrire pour vous, et non pour les autres. Attendre l’approbation d’autrui n’est pas une bonne motivation pour écrire, loin de là. En attendant, courage à vous et ne vous laissez pas marcher sur les pieds !

< Articles



1 thought on “Comment réagir face à une critique négative ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *